Décembre 17
Décembre 2017 en Jurançon

Antoine Arraou, retour à l’origine

Il était photographe, le voilà éleveur de vignes en biodynamie. Au château Lafitte, à Monein, Antoine Arraou agite cent projets et se lance dans l’exploration tannique merveilleuse d’un vin blanc, 100% naturel ; un pur petit manseng, fermenté et élevé en amphore. Un Jurançon lumineux et minéral. La « Dive » cuvée Argile.

Il est revenu à la terre par le chemin des vignes… Son histoire, c’est le genre d’histoire qui se déroule dans l’alignement d’une ligne droite et qui se prolonge par un retour au pays, sur les traces de l’enfance et de la nature. Des trésors de douceur, remplis des couleurs du Béarn, entre montagnes et vallons. Dans sa première vie, Antoine Arraou a fait de la photo. Et puis, en 2012, il a rejoint ses parents, le giron familial, à Monein. Boucler la boucle d’une carrière réussie. Orienter sa vie vers l’essentiel. Il a voulu savoir comment on faisait le vin. Engagé, dès le départ, dans une démarche écologique, il prend ses marques avec le domaine et décide d’aller plus loin, au-delà de la culture biologique où les produits de synthèse sont prohibés, pour passer à l’étape suivante : la biodynamie. Une approche globale qui travaille sur la valorisation du sol et de la plante dans leur environnement naturel. Antoine considère le vignoble de 5 hectares comme une entité vivante. Et privilégie les défenses de la vigne et non les traitements. C’est un drôle de terroir que celui de Monein, nourri de millions d’années d’érosion, de soubresauts géologiques, offrant au vignoble de Jurançon des substrats d’argiles et de graviers, de sables et de galets. Un support exceptionnel d’alluvions où le raisin développe des caractères. Au château Lafitte les parcelles sont concentrées en petit et gros manseng. Mais l’importance est accordée à 40 ares de vieilles vignes, encloses à l’ombre des haies et de la forêt. Et qui donnent de faibles rendements. Antoine Arraou tente de nouvelles expériences, se lance dans l’exploration du petit manseng qui a besoin de chaleur et qui s’adapte aussi, « en sec », pour sortir de sa fenêtre de maturité. C’est donc un choix naturel qui oriente le nouveau vin et donne le nom à la cuvée. Argile ; un trait d’union entre le sol, l’amphore et la bouteille, aux origines siliceuses. Une cuvée de terroir cristalline et fruitée qui nous entraîne dans un monde de saveurs pures et délicates. Un peu comme « Alice » ; de l’autre côté du miroir aromatique où le vin est élevé en jarre de terre cuite. Un concept unique qui recherche l’excellence, le respect du caractère du millésime, plutôt que sa mise en avant.

Un vin épuré, du fruit en liberté

« L’amphore est l’emballage perdu de l’Antiquité, un objet artisanal qui a fait ses preuves pour la conservation des précieux liquides comme l’huile et le vin. » Pariant sur une oxygénation lente et continue pour sa micro-cuvée, Antoine Arraou s’en remet aux pores de la fine amphore, façonnée par les artisans potiers d’Impruneta, en Toscane. Tout commence donc à partir de la Terracota. Ni un caprice, ni du luxe. La neutralité de la terre cuite respecte la pureté du fruit. Et se charge de la conservation. Ainsi, deux jarres vinaires de 300 litres, façonnées au colombin, ont fait leur entrée dans le chai du château. L’engagement éthique d’Antoine est très sérieux. « Avancer sans hâte, mais en suivant un chemin clair. » Aider la nature à boucler ses cycles. Entre les ceps, la terre est recouverte de végétation. En fin d’hiver, les moutons tondent les parcelles et enrichissent les sols, tout comme les légumineuses ; féverole et triticale – le pois fourrager – sont coupés et enfouis. Noueux, torturés, rugueux, les vieux pieds de la petite parcelle, aux formes énigmatiques, reçoivent en prévention, ainsi que le reste du vignoble, de l’argile, bien sûr, des huiles essentielles, des tisanes de rhubarbe, de bourdaine et d’osier, de thé de compost, de petit lait de brebis… Autant de « remèdes » dynamiques comme alternatives au cuivre et au soufre. Le jeune vigneron a choisi la voie étroite. Antoine pense, imagine, ressent son vin avant même la récolte. Et au moment des vendanges, il se laisse guider pour prendre les bonnes décisions. Pour Argile, pas d’intrants, pas même de sulfites, aucune correction œnologique, tout se déroule le plus naturellement possible avec un raisin sain. Pressées en douceur, longuement, lentement, mais sans oxydation, les baies triées sur la grappe, donnent des jus purs et clairs. Aucune fragrance étrangère. Le vin 100% naturel se teinte de douceur et de velouté, tout en mettant en avant un fruit frais. Le goût du terroir, l’âme du lieu. La minéralité d’un vin si difficile à définir. Sa vie intérieure, sa relation avec le sol. La subtilité des arômes de pierre de silex. Limités à 900 exemplaires, les flacons de grès de 50 centilitres, à l’étiquette unique en bois, collée sans solvants, expriment humilité et perfectionnisme ; la beauté d’un grand vin de Jurançon, vibrant et émouvant, qui se marie, comme par magie, avec toutes les cuisines du monde.

Lucie d’Incau

 

Château Lafitte- Antoine Arraou- Lotissement du château 64360 - Monein
Tél : 05 59 21 49 44 contact@chateau-lafitte.com antoine@chateau-lafitte.com


A la Commanderie de Lacommande
Exposition du photographe naturaliste Rupert Soskin."LA BEAUTE DE NATURE" 
du 1er décembre au 14 janvier 2018,  


Photographe, auteur, présentateur, naturaliste et explorateur, voilà en quelques mots les multiples facettes du talent de Rupert Soskin.
Sa première passion cependant, est le monde naturel, suivi de beaucoup d’autres mots en« ologies » telles qu’archéologie, géologie, paléontologie, psychologie évolutionnaire…

Tout ce qui aide vers une meilleure compréhension du monde autour de nous.
La photographie lui permet de capturer ces moments furtifs mais néanmoins sa préférence serait de temps en temps de baisser l'appareil photo et d’admirer la beauté dela nature.


Vous êtes convié au vernissage de cette exposition (invitation gratuite en pièce-jointe) qui aura lieu ce vendredi 1er décembre à partir de 18h30.

savoir + 


Dimanche 3 décembre au Domaine Latapy à Gan à 18 h :

Soirée autour d'un grand Conte traditionnel GASCON "Roi des Corbeaux" avec Blanche Bottura, conteuse et Jésus Aured, musicien.

savoir + 


Samedi 9 décembre, chez certains Vignerons :

« La découverte et la dégustation de millésimes anciens » Vignerons participants savoir +

 

Dimanche 10 décembre 2017 : 

De 10h00 à 18h00.

Cette fameurse journée que nous attendons tous : Une quarantaine de vignerons ouvriront leur domaine aux amoureux du vin. Cette journée est une belle occasion de découvrir le vignoble et le Jurançon. 

45 Domaines et 45 vignerons pour 45 fêtes.

Programme des Portes Ouvertes en Jurançon chez chaque vigneron (du 9et 10 décembre)


Concert Trio triple Juice
Samedi 16 décembre
à LaCommanderie de Lacommande 
à 20 h 30

Trio de jeunes musiciens Toulousains avec Rémy Gouffault (batterie) et Sylvain Rey (piano) Ces deux –là ont grandi à Anères dans les Hautes Pyrénées . Pour compléter ce trio, Carlos Betancourt, péruvien et toulousain depuis peu, est à la contrebasse !

Vainqueurs du tremplin du Jazz à Oloron en 2016.

En vedette du dernier Festival de Jazz d’Orthez.

savoir + 


 

Notre catalogue : près de 150 références de Jurançon et Jurançon sec
Retrouvez le catalogue complet des vins vendus à la Maison du Jurançon à Lacommande
à l'occasion des fêtes de fin d'année, ces tarifs sont valables jusqu'au 31 décembre 2017.
en téléchargement : le catalogue et le bon de commande

Si vous cherchez des idées recettes pour les fêtes, retrouvez nos recettes sur notre site savoir +  ainsi sur certains sites de vignerons.



Retrouvez nos actualités sur FacebooK

ou recherchez :
Un domaine
Un vigneron
Une cuvée
Autre
Chemin Larredya
64110 Jurançon