Saint-Jacques de Compostelle

Le Béarn tourné vers Compostelle
Quatre voies traversent la France et passent par les Pyrénées Atlantiques, dont une traverse le Terroir du Jurançon : la voie d'Arles.

Le pélerinage est une pratique religieuse universelle. Il a lieu généralement à la belle saison pour demander ou exaucer un vœu.
Etymologiquement, Compostelle signifie "champ d'étoiles" : "Campos-stella".
D'après la légende dorée, l'une d'entre-elle "l'étoile du Berger" a guidé l'ermite Delayo en 813 vers l'emplacement où gisait le corps de St Jacques.
Un grand pélerinage de chrétienté européen commença ce jour-là.
Dès le Xème siècle, Saint Jacques de Compostelle est le pèlerinage le plus fréquenté : il reçoit la visite de pèlerins illustres tels que le Roi de Jérusalem en 1232 ou Charlequin en 1520.

un peu d'histoire

Le pélerin se reconnaissait à son habillement, sorte d'uniforme pratique (le pèlerin était souvent la proie privilégiée des profiteurs de tout poil).
Son costume était celui du voyageur pauvre. La robe était serrée à la taille et un surcot fendu sur le devant pour ne pas entraver la marche. Les femmes étaient vêtues à peu près de la même façon, seule la coiffure différait : elle portait un petit morceau de toile qui couvrait le cou et à la gorge appelée la guipe. Les hommes portaient un chapeau à bords rabattus et se chaussaient de fortes sandales.
Cependant chaque pèlerin s'imposait à marcher pieds nus. La besace est une sorte de musette en cuir qui se portait en sautoir et qui contenait des vivres, passeports et attestations nécessaires.
Le bourdon est un bâton d'environ 2 m de long muni d'une pointe de fer à l'extrémité qui soutien la marche du pélerin et qui lui servait d'une arme de défense contre les chiens et les loups. Le bourdon a une signification symbolique : c'est le troisième pied du marcheur. Ce bâton était accroché parfois une courge séchée et vidée qui servait de gourde.

Le pélerinage était une mission périlleuse et délicate quel que soit le moyen de locomotion choisi (à cheval, à pied...). Le Jacquet pouvait trouver à chaque étape de quoi de se loger dans les monastères ou les hospices (La Commanderie de Lacommande, par exemple).
Si le pèlerin n'en trouvait pas, il descendait dans une auberge où les risques n'étaient pas moindres que sur le chemin.

Lorsque les pèlerins revenaient de Compostelle, ils ramenaient avec eux une coquille, symbole du pèlerinage.

Gîte de pélerins �  Lacommande

Aujourd'hui les pèlerins cheminent presque toute l'année.

Le Chemin est réalisé d'une seule traite ou en plusieurs étapes, sur plusieurs années.

Maintenant le pélerin est habillé comme tout bon randonneur (short, chaussures de marche...), porte autour du cou une coquille Saint Jacques et a gardé le bourdon pour soutenir lesaur marche.


Quatre voies traversent la France et passent par les Pyrénées Atlantiques.

La Voie d'Arles traverse le Terroir du Jurançon (l'étape Lescar-Oloron traverse les vignes du Domaine du Cinquau à Artiguelouve, passe devant la Maison des Vins du Jurançon à Lacommande, avant de se diriger vers Oloron).
La Voie du Puy, plus fréquentée, passe à l'ouest de notre territoire.

Pour imprimer la fiche « Lescar-Oloron » de la Voie d'Arles, visitez le site des Amis de Saint Jacques de Compostelle http://www.aucoeurduchemin.org/spip/spip.php?article177

en savoir plus http://www.chemins-compostelle.com/

 

ou recherchez :
Un domaine
Un vigneron
Une cuvée
Autre
Route Départementale 217
64110 JURANCON