Les Chemins électroniques
Janvier 13

LES CHEMINS ELECTRONIQUES #7

Installations, projections, performances, concerts et dégustations
samedi 15 juin
en partenariat avec acces-s

Une nouvelle édition qui investira tous les espaces de la Commanderie le temps d'une après-midi et d'une soirée autour d'œuvres, de musiques et de voix célébrant le récit, le voyage réel ou intérieur, intime ou collectif. Un temps convivial ouvert à tous, à partager avec les artistes et les vignerons indépendants.

16h30 > 20h00

Thierry Fournier, Dépli (2013) Installation cinéma interactive
Pierre Carniaux, Last Room (2013) Projection

Un dialogue entre cinéma et arts plastiques qui propose une expérience inédite. Tourné au Japon par Pierre Carniaux, le film Last Room est une fiction et un documentaire. Les occupants de love hôtels et d'hôtels capsules se racontent à travers des histoires à la fois intimes et rêveuses, entremêlées de voyages à travers les paysages de l'archipel... Bientôt, ces récits personnels résonnent avec une histoire collective : celle de Gunkanjima, île fantôme à l'abandon au large de Nagasaki, puis avec celle du Japon tout entier. Créée sur iPad par Thierry Fournier, la pièce interactive Dépli propose une nouvelle forme d'expérience du cinéma: une navigation à travers le film Last Room. Un cinéma « jouable » et sensuel, où le spectateur peut recréer une infinité de parcours dans le film en choisissant et en mélangeant les plans, leur sens, leur vitesse... Jouée sur iPad seul, avec une TV, dans une salle de cinéma ou dans le cadre d'une exposition, Dépli propose l'expérience inédite de réécrire un film par le toucher.
www.thierryfournier.net/depli/

Pierre Ménard, Les murs ont des oreilles (2013) Installation sonore et lectures performées
L'écrivain Pierre Ménard poursuit un projet de fiction prenant tour à tour la forme d'un récit à lecture aléatoire, d'un entrelacs d'histoires, de promenades sonores et musicales, d'une cartographie poétique de flâneries anciennes, de déambulations quotidiennes et de voyages exploratoires.
Le texte se compose d'une suite de monologues qui se font échos parfois dialoguent ou s'interrompent, écriture mosaïque, microsfictions, ressassement de mots en mouvement dans le sens d'une marche en avant. Associant dans une construction par affinités de timbres, échos, contrepoints, par tensions, intensités des textes écrits à partir d'ateliers d'écriture, de réflexions sur les lignes de désir et la sérendipité, de faits divers et d'inventaires urbains, de récits de promenades géolocalisés, dérives et chemins de traverses, des microfictions et d'un journal de travail en fragments sur Twitter, le dispositif a pour but de permettre progressivement la création d'une fiction à lecture et circulation aléatoire. Le récit n'est pas celui d'un voyage, mais de récits brefs au sein d'un récit.

Philippe Diaz est né en 1969, il vit à Paris. Il est bibliothécaire. Pierre Ménard est le pseudonyme qu'il a choisi en tant qu'écrivain. Il anime régulièrement des ateliers d'écriture et de création multimédia. Présent au travers d'interventions en revues, ainsi que sur supports sonores, en radio, notamment dans l'émission Les passagers de la nuit de France Culture et sur Internet où il développe, parallèlement à son activité littéraire, une production sonore à travers ses audioblogs (Page 48 : lectures versatiles, et Radio Marelle : poésie sur écoute), et ses créations sonores. Il participe au comité d'orientation et publication de Publie.net où il anime la revue de création d'ici là. Ses ouvrages : Le spectre des armatures, Le Quartanier, 2008. En avant margeEn un jour (avec Esther Salmona) en 2008, deux temps trois mouvements et Comment écrire au quotidien : 365 ateliers d'écriture, en 2010 sur Publie.net. Quand tu t'endors (album illustré par Mini labo), Actes Sud Junior (ouvrage traduit en italien).
http://www.liminaire.fr/

19h30

Démocularisation, Let's go town (2009) Performance narrative pour « sons visuels » et « images sonores »

Let's go to town est un film où les rôles sont inversés, l'image montre ce qui est sonore et le son fait entendre ce qui est visuel. En reprenant les codes du sous-titre (norme Antiope: emplacement, couleur...) y compris ceux pour malentendants, l'image décrit le sonore, alors que le son quant à lui évoque l'univers visuels (bruitages, vinyles de muzac, audiodescription pour aveugle...).Sur ces bases, un film commence, une histoire, un film de l'instant, une suite d'évènements, une narration en direct. Progressivement les rôles se brouillent dans un univers de « cut-up » généralisé texte-image-son, propice à l'accident et au débordement. Intérieurement, le spectateur compose son propre film.
Démolécularisation est un duo composé de Jérôme et Jean-François Blanquet / projet audiovisuel libéré, animal aux ‘déferlances' vidéosonores se rapprochant du mouvement dit de musique improvisé. Le duo explore dans des sets d'improvisations l'instant vidéosonore en interrogeant les possibles d'une autre syntaxe audio_visuelle. DEMOLECULARISATION explore le corps-présence, l'image, le son, le texte, les objets préparés, dans une installation à vivre en direct, en complicité avec le lieu de la performance et le public. En mettant en jeu le recyclage et le détournement d'objets de notre époque, le duo joue sur les contraintes de ses outils jusqu'à faire exploser leurs limites et s'en libérer. Le duo injecte sa part animale dans la machine et fait corps avec elle, pour une écriture directe, fragile et instinctive.
http://projectsinge.free.fr/?cat=4

22h00

Baron Rétif et Concepción Perez Live électronique

Quelque part entre Dr. Dre, Sun Ra, Liquid Liquid et The Roots, le duo parisien Baron Rétif et Concepción Perez,  signé sur le label Musique Large (Superman 10″, Cassette Mouillée K7, Cascades EP) , délivre une électro sous codéine aventureuse auto-labelisée Décalette , qui emprunte avec subtilité selon les morceaux à la house, au funk, au hip-hop, au dub ou au jazz.
Déglinguée, culbuto, leur musique est faite de carambolages métissés, évolue sur des sables mouvants, du funk usé, du futur dub, et/ou de la chicago house jouée slow motion.
Sur scène, Baron est en mode opération coup de poing sur ses batteries pendant que l'immaculé Concepción opère derrière les machines : tout est joué, souple, intense; les limites temporelles sont défiées, défaites, mélodies et pulsations  croisent le fer dans de sérieux duels à l'issue incertaine. Tout peut se faire et se défaire, en suspension, dans le public, l'atmosphère se tendre et se détendre sans arrêt.
écoute : http://brcp.bandcamp.com/

 

Bérangère Maximin Live électronique
Jeune figure de la scène électroacoustique, Bérangère Maximin possède déjà à son actif deux albums remarquables sortis chez les plus grands : Tant Que Les Heures Passent sur le label de John Zorn, Tzadik en 2008 et No One Is An Island, en 2012 sur le label belge Sub Rosa qui regroupe les participations de Rhys Chatham, Fennesz, Frédéric D. Oberland et Richard Pinhas.
Elle présentera en avant première, Infinitesimal, son 3ème opus confectionné dans son Home Sweet Home Studio à Paris.
Ses compositions musicales singulières se situent au croisement des mondes de la musique concrète de l'école GRM / IRCAM et la musique électronique expérimentale, avec un goût prononcé pour la trituration rythmique héritée d'abstractions ethniques comme des musiques improvisées. Chaque son, chaque effet de voix apporte son lot de précision mais aussi de pure poésie. Ici, le temps n'a plus d'emprise.

Née en décembre 1976, Bérangère Maximin passe son enfance dans le pays natal de sa mère, l'Ile de la Réunion et s'installe en Métropole en 1991. Elle entre dans la classe de composition électroacoustique de Denis Dufour au Conservatoire National de Région de Perpignan et y obtient la médaille d'or à l'unanimité. C'est à Paris où elle s'installe en 2002 qu'elle enchaîne les expériences professionnelles, au côté de Denis Dufour dans l'organisation de concerts mais également dans le champ de la danse et la vidéo d'art. Sa première série de morceaux pour électronique et voix nommée ‘Stuck In a Nasty Little Film' se développe sur la route (2009-2010). Elle partage l'affiche avec des personnalités fortes telles que Fennesz, James Blackshaw , Zu, Fred Frith et Dieter Moebius. En 2011, elle fait une tournée d'une douzaine de concerts aux USA autour du live électronique ‘Sheer Accident'. Depuis elle multiplie les expériences musicales, en solo, en duo, en France comme à l'étranger.

WWW.BERANGEREMAXIMIN.COM

Restauration sur place* (dans la limite des stocks disponibles)
Paella / 5€

Possibilité d'amener votre pique-nique

Bus des chemins électroniques : sur réservation au 05 59 13 87 44 / 5€ / gratuit pour les adhérents

ACTUALITÉS
Janvier 10
Janvier 11
Janvier 12
Janvier 13
Janvier 14
Janvier 15
Janvier 16
Janvier 17
Février 17
Mars 17
Avril 17
Mai 17
Juin 17